Habitat simplement

Camille et Cédric du collec’tif et tondu

Simplement habitable !

A l’origine, ce sont les saisons qui rythment le déplacement des peuples nomades et de leurs habitats. Tous deux sont mobiles, en marche pour un environnement plus clément et adapté à leurs besoins spécifiques. Là où l’hiver est moins rude et l’été plus prospère . Facilement manipulable, forcément légers, transportables et démontables rapidement,
les yourtes, tipis, roulottes et autres lieux d’habitations sont construits avec les moyens du bords et disponible localement : le bois, la laine, le tissu … Chaque technique nécessite un savoir ancestral particulier transmis par les générations .

La sédentarité inspirerait-elle l’évasion?
A en croire les confidences intimes de ceux qui ancrent leurs maisons sur des fondations durables, le nomadisme est vecteur de rêves. Notre imaginaire se ballade et voyage pour échapper aux contraintes et charges de nos vies sédentaires. Toujours est-il que certaines personnes sont passées à l’acte en important cette simplicité par chez nous . Mais la prolifération de ces types d’habitats dans nos paysages regorge de questions . Perçus comme un phénomène de mode, c’est aussi un choix de femmes et d’hommes qui essaient de réduire leurs besoins et qui sont en route vers un mode de vie volontairement simple.
Ainsi intégrés à leurs vies quotidiennes, ces habitats s’éloignent forcément du simple folklore. Ils impliquent tout un tas de gestes nouveaux, d’adaptation, de (re)découverte et ont cette capacité de nous ramener à l’essentiel… allons y voir d’un peu plus près…

De nos jours, par chez nous, vivre en roulotte, yourtes, tipis !
Lorsqu’il s’agit de choisir son habitat, pourquoi ne pas faire le choix de la simplicité ?
Les habitats mobiles sont de petits espaces très agréables à vivre, on y côtoie avec bonheur la nature, tous les éléments sont présents (bruits de la pluie, du vent, le crépitement du feu, le langage des animaux, …). Leurs petites surfaces (smal is beautiful) permettent pour un investissement modeste, de limiter les charges et facilitent l’accès à l’autonomie vis-à-vis des réseaux . Un panneau solaire muni d’une batterie suffit pour s’éclairer, écouter de la musique… Quelques jerricanes par semaine alimentent en eau potable et assurent les besoins quotidiens. Forcément, les toilettes à l’extérieur sont sèches, « pas besoin d’eau, une poigné de copeaux suffit ». J’en conviens, cela demande une dose de courage : oser se déculotter dans le froid faut vouloir… pas toujours facile de se détendre mais on finit par en rire… Si, si, c’est vrai !
Un petit poêle réchauffe rapidement l’ambiance avec une consommation modérée grâce au petit volume. Mais on a rien sans rien, le feu, c’est un apprentissage, il faut le dompter, l’entretenir sous peine matin glacial…PAS SI SIMPLE. Comme le dit ma p’tite sœur : « patience et persévérance ! ».

Avantages, inconvénients?
Pour qui, pour quoi l’avantage et l’inconvénient ? selon quel critère ? économique, écologique, confort de vie…? La plus belle chance, c’est une situation choisie, un grand privilège qui gomme tous désagréments. Sachons simplement mesurer l’impact de nos actes « modestes et géniaux ».

Camille et Cédric du collec’tif et tondu